2009 - Table Ronde - Vendre du Logiciel Libre

Ecouter l'émission

Vendre du Logiciel Libre, mais à quel prix ?

Avec :

  • Eric Flaux de la société Osiell
  • Marc-Henri Pamiseux de la société Libricks

Résumé

Les logiciel libre n’a pas de valeur en soit. En France on confond souvent libre et gratuit.

Vu coté client

Une entreprise devant choisir un nouveau logiciel a deux choix :

  • Achat de licences pour un logiciel propriétaire + formation de son personnel.
  • Choix d’un logiciel libre + payer une entreprise prestataire pour le déploiement et la formation à l’usage.

L’économie réalisé sur l’achat des licences, à budget égal, permet de bénéficier d’une prestation de mise en service et de formation plus complète.
Conseillée par une SSLL sérieuse, une entreprise cliente peut décider de libérer du code dont elle était propriétaire pour en faire profiter la communauté et pour en retour bénéficier du dynamisme de la communauté pour les évolutions futures de son produit.

Le modèle éthique des entreprises du libre

Des entreprises vendent des prestations autour du logiciel libre. Elle profitent du travail de la communauté et s’en enrichissent parfois facilement. Cette facilité pourrait nourrir les appétits d’entreprises à la recherche de gains faciles. L’éthique consiste pour les entreprises du libre à respecter le fonctionnement communautaire donc à participer au travail communautaire d’élaboration ou de soutien financier du développement.

La licence qui accompagne le logiciel libre, contraint l’entreprise à un comportement différent dans sa manière de travailler. Il est plus intéressant pour un salarié d’avoir la paternité de code libre et réutiliser par la communauté que de faire du code propriétaire qui ne sert qu’une fois. Les relations sont également plus durables avec les clients, les cycles sont plus longs, l’accompagnement est plus grand.

Qui peut dire quel sera la réaction de la communauté face à l’enrichissement facile de certains acteurs ?
Les « méchantes entreprises » qui vendent à prix d’or du logiciel libre en ne rendant ou reversant rien à la communauté, contraintes par les licences, deviendront-elles tôt ou tard vertueuses ?